Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Footing au CHRS des Capucins

Activité footing

Depuis quelques mois au CHRS des Capucins nous essayons d’instaurer une sortie footing hebdomadaire avec quelques résidents et un encadrant.

Avec Karim, nous pratiquons régulièrement la course à pied et notre petite expérience nous a permis d’avoir une idée des bienfaits que les résidents pourraient en retirer.

Cette activité sportive est tout d’abord diversifiée autour d’un geste originel simple et commun à l’homme.

Je ne vais pas m’attarder sur la difficulté que nous rencontrons avec notre public pour faire émerger un désir qui rejoigne un besoin, les inscrire dans une activité, et que leur motivation perdure. Je souhaite davantage évoquer quelques avantages que cette pratique peut amener au-delà d’une simple évidence physiologique, notamment à savoir que le risque d’apparition de la maladie serait trois fois plus élevé chez les personnes inactives.

Nous comprenons aisément qu’il est difficile de trouver un équilibre de vie lorsque les soucis vous perturbent ou que les événements parfois tragiques de la vie vous submergent. Si dans l’idée, il en résulte que vous éprouvez les plus grandes difficultés à mettre un pas l’un devant l’autre, la course permet néanmoins de se décharger de ses pensées toxiques. Elle ne gère pas les émotions, mais permet d’évacuer en grande partie les tensions.

Scientifiquement, de nombreuses études ont démontré que la majeure partie des personnes dépressives et malades alcooliques pourraient aller bien mieux en pratiquant une activité physique comme la course à pied. Biologiquement, cela se traduit par la sécrétion naturelle de molécules qui favorisent le bien-être et qui peut éventuellement détourner certains résidents d’addictions.

Les Allemands, les Autrichiens et les Américains utilisent déjà ce sport comme thérapie reconnue, exercée après l’obtention d’une formation qualifiante. Les études en ont également confirmé les bienfaits sur les fonctions cognitives.

Une approche moins cartésienne suggère que, si chaque foulée, malgré une répétition quasi-mécanique, est unique, la manière dont on court reflète notre dimension physique, psychologique et spirituelle, tout en apportant une vision globale de notre corps.

En effet, tout en courant, nous nous recentrons sur nous-même, sur nos propres sensations, ce qui tend à de la méditation. La course nous rapproche également de la nature et de son cycle.

Enfin, je souhaiterais souligner que d’une part, nos résidents qui sont souvent carencés affectivement y gagnent de la confiance et cette activité leur permet d’avoir une meilleure estime d’eux, et que d’autre part pour nous, salariés du social dont le quotidien consiste à s’occuper des personnes, ce sport solitaire nous oblige à nous tourner vers nous-mêmes. Cette introspection nous permet alors de conserver un bon équilibre de vie personnelle et professionnelle.

Julien

 Daniel Foulée Béglaise 2016

Les 10km de la Foulée Béglaise bouclés par Daniel le 3 avril dernier (si on lui avait dit ça il y a 6 mois…)