Le théâtre de l’ici et maintenant

Courant Octobre à Bordeaux vous avez certainement entendu parler du FAB…
…le Festival International des Arts de Bordeaux auquel des migrants hébergés au sein du CADA du Diaconat de Bordeaux ont été invités à participer.
 
Retour sur une expérience artistique sous forme de théâtre documentaire.
 
ACTIONS
 
    C’est dans le cadre de la programmation du FAB que les organisateurs ont contacté le Diaconat de Bordeaux afin de proposer à des personnes accueillies au sein du CADA d’intégrer une compagnie et de témoigner pour ACTIONS.
 

Le projet : deux soirées de représentation (les 19 & 20 octobre) pour un spectacle qui invite à la rencontre des communautés, à l’ouverture aux autres. L’occasion est alors donnée aux personnes accueillies de prendre part à une mise en scène dont le scénario serait leur propre histoire. Une proposition artistique théâtrale avec un metteur en scène, un technicien son, des acteurs, une dramaturgie, des répétitions… et bien sûr des spectateurs. Une représentation des plus singulière où les acteurs se fondent dans le public et le public prend part à l’œuvre. Deux journalistes, des migrants comme interviewés, et un public invité à interagir. Tous confondus, assis en cercle côte à côte. 

 fabarticle
 
     Nasratullah, Mohamed, Fatima, Abdulilah (des réfugiés statutaires résidents ou anciens résidents du CADA du Diaconat de Bordeaux) ainsi que Tom, Morgane (des travailleurs sociaux du CADA du Diaconat de Bordeaux)… sont invités à prendre la parole à tour de rôle pour témoigner des conditions d’accueil des migrants en France.
La barrière de la langue comme frein à l’autonomie et l’intégration a été évoquée de nombreuses fois. Le théâtre pourrait-il alors être envisagé comme un facilitateur d’apprentissage ? Une théorie déjà démontrée au CADA des Capucins avec les cours de Français sur les planches proposés par François-Xavier Lagarde à raison de deux heures/
jour, quatre jours/semaine (découvrez ces ateliers en vidéo). Une campagne de financement participatif sera bientôt lancée pour aider le Diaconat de Bordeaux a pérenniser ces ateliers.
En seconde partie de soirée les « acteurs » de la crise des migrants ont imaginé avec le public d’autres modalités d’aide et de soutien.
 
N.B : Qui dit spectacle dit billet d’entrée. L’argent collecté lors de la soirée sera capitalisé afin de permettre des actions de médiation culturelle auprès du public migrant.

Chacun d’entre nous peut contribuer à changer les choses…

Elodie Biscarrat