La Responsabilité Sociétale des Entreprises : Une compensation des intérêts particuliers des entreprises (1/2)

En cette période de mondialisation, la société de consommation peut conduire les entreprises à mettre de côté l’urgence des intérêts généraux comme les enjeux environnementaux et sociaux. Des problématiques comme « le développement durable », la santé au travail, la crise de l’emploi, l’accroissement des inégalités etc. justifient de tourner notre regard vers l’engagement des entreprises. Dans un contexte de rétractation des pouvoirs et des politiques publiques, des stratégies et des actions doivent être mises en place par les entreprises pour favoriser l’intérêt général. C’est la vocation de la démarche RSE.

Même si, pour certains, la RSE n’est qu’un stratagème politique de la part des entreprises pour « se donner bonne conscience » ou pour soigner l’image de l’entreprise vers les différents acteurs la composant. Force est de constater que les salariés ne sont pas forcément aussi tranchés pour caractériser la RSE. Selon eux, la RSE n’est pas totalement hypocrite. Les salariés la perçoivent comme « un grand alignement » entre l’intérêt général et les intérêts particuliers des entreprises.

En effet, selon Viavoice (cabinet d’études et de conseil) et une étude, réalisée en 2015, portant sur 1000 personnes issues d’une entreprise de 250 salariés ou plus, 78% des salariés pensent que la RSE est importante dans la vie d’une entreprise et 85% d’entre eux voudraient s’y investir plus largement :

Pour observer cela, L’infographie de ViaVoice et le chiffre à retenir pour nous !

Pour aller encore plus loin dans l’analyse de cette étude, les salariés déclarent que la RSE défendue par une entreprise doit être en adéquation avec la politique de celle-ci. La démarche doit être considérée comme une opportunité pour tous les acteurs de l’entreprise, aussi bien en terme économique (73% estiment que c’est un facteur de performance), que de fonctionnement interne (68% estiment que cette démarche a un impact positif, 64% considèrent que cela améliore la qualité des relations de travail, 66% qu’elle facilite l’évolution des « process » et des outils internes…).

La Responsabilité Sociétale des Entreprises devient un outil incontournable qui doit être pleinement intégré au sein des entreprises. Selon l’étude de Viavoice, les entreprises doivent développer 3 axes majeurs en ce qui concerne la communication de la RSE :

  • Intégrer la RSE dans la démarche stratégique des entreprises au même titre que des objectifs financiers ou de production
  • Favoriser la communication de proximité à travers des représentants (représentants du personnel, manager de proximité etc.)
  • Impliquer les salariés dans la réflexion autour de cette démarche, et dans les actions mises en place par la suite.