200 ans déjà

1Le 18 avril 1805, est créée la Société Protestante de Bienfaisance.

« Les Diacres doivent s’occuper de la collecte aux portes des temples, de la distribution qu’on en fait aux pauvres et examiner scrupuleusement si les personnes sont véritablement dans le besoin. »

La charité

Le 27 janvier 1906, en conformité avec la loi du 1 juillet 1901, la Société de Bienfaisance est transformée en association. Appelée désormais Diaconat de Bordeaux, cette association, conséquence de la loi de séparation des Églises et de l’État (9 décembrJPEG - 25 koe 1905), est dorénavant distincte de l’association cultuelle de l’Église réformée.

Pendant tout le 20 ème siècle, l’esprit de la Réforme va être au service de la Diaconie avec pour buts de :
-  s’approprier, diffuser et faciliter le bénéfice des nouvelles lois sociales. Un autre moyen de secours, et non des moindres, nous est donné par les lois sociales (AG – 1938)
-  de s’ouvrir à tous, hors du cercle protestant
-  de lutter contre le chômage. Un rapport très documenté sur la question du chômage est rédigé à la demande du Conseil d’Administration. (1931)
-  d’aider les familles à se loger. Les familles nombreuses trouvent difficilement à se loger et lorsqu’elles réussissent à avoir un abri, il est en général insuffisant, insalubre et néanmoins elles doivent s’en contenter, dans l’impossibilité où elles sont d’en trouver un meilleur. (1918).
Sur une initiative du Diaconat, est créée, le 26 janvier 1919, la Société Coligny (Société anonyme d’Habitations à Bon Marché). La Société Coligny a appliqué, la première en France, la méthode de loyer d’autant moins élevé que la famille a plus d’enfants.

- 1979. Création par le Pasteur du Diaconat de l’association Réseau 32 pour lutter contre ces pièges que sont l’isolement, l’enfermement, la routine.
- 1984. Première édition de la brochure « Orienter à Bordeaux », répertoire à l’usage des accueillants.
- 1989. Instruction des demandes de RMI

A partir de 1990, utilisant à plein les dispositifs législatifs le Diaconat développe son action en faveur des personnes victimes de la précarité en quête d’un toit :
- 1992. ALT (hébergement temporaire) – Sous-location
- 1998. Reprise de la gestion du CHRS (Centre d’hébergement et de réinsertion Sociale) les Capucins
- 1999. Ouverture du Centre d’accueil d’urgence MAMRE

JPEG - 11.4 ko
Pose de la 1ère pierre du Centre Mamré

- 2005. Ouverture de la Maison Relais SICHEM
- 2008. Ouverture de la Maison Relais BETHEL à Pessac.

  • Inauguration du nouveau Centre MAMRE.
  • Accueil à SYCHAR de femmes victimes de violence

    En partenariat avec d’autres associations, depuis 1970, le Diaconat a participé à la création de :
    -  Maison d’accueil pour les Familles d’Hospitalisés
    -  AMOS (Entreprise d’insertion par l’économique)
    -  La Marmite (Restaurant social)
    -  Halte 33 (Accueil de jour)
    -  L’Épicerie (Épicerie solidaire)


    Évolution des moyens humains :

Une constante : des bénévoles engagés et formés
Une évolution : des permanents professionnels qualifiés

-  1943 : accueil et travail sont assurés par une équipe d’assistantes sociales bénévoles
-  1944 : une assistante sociale rémunérée coordonne l’équipe des assistantes sociales bénévoles
-  1963 : une assistante sociale occupe le poste de permanent à temps plein
-  1977 : le poste de permanent est reconnu comme un ministère de l’Église réformée de Bordeaux pour l’action diaconale. Le poste est occupé par un pasteur
-  1992 : recrutements successifs de plusieurs travailleurs sociaux. Création d’un poste de directeur et de chefs de service
-  2004 : un pasteur à mi-temps, un directeur et deux chefs de service à temps plein, une trentaine de salariés, une quarantaine de bénévoles
-  2009 : Une cinquantaine de salariés et environ 80 bénévoles