Qu’en penses Coluche de tout ça

Qu’en pense Coluche de tout ça ?

Coluche crée en 1985 les restos du cœur et la chanson qui va avec… On la connaît tous, ça fait plus de 30 ans qu’on nous la chante. Ca fait plus de 30 ans qu’on nous joue du pipeau…. La dimension marketing et commerciale des enfoirés semble avoir pris le pas sur les engagements individuels pour les plus démunis. Quand je vois comment les clochards n’ont pas la cote, au niveau médiatique entre autres, et l’impact commercial et médiatique des enfoirés, y’a un truc qui m’échappe. L’intention était bonne au départ, faire prendre conscience à l’Etat et aux Français de cette réalité et faire appel à la solidarité. Qu’est qu’on retient de cette chanson ? Des paroles ? Le refrain ? On n’a pas le droit de ci et de ça, et pourtant 30 ans plus tard, le droit d’avoir faim et froid, beaucoup le vivent. Pour certains, c’est un des seuls droits qu’ils connaissent d’ailleurs. Bon, je vous laisse relire le texte de cette chanson dont j’ai retiré le refrain pour ne pas qu’il vienne une fois encore noyer le reste. Moi je me demande ce qu’en pense Coluche de tout ça ?

Moi, je file un rancard A ceux qui n’ont plus rien.

Sans idéologie, discours ou baratin

On vous promettra pas Les toujours du grand soir

Mais juste pour l’hiver A manger et à boire

A tous les recalés de l’âge et du chômage

Les privés du gâteau, les exclus du partage

Si nous pensons à vous, c’est en fait égoïste

Demain, nos noms, peut-être grossiront la liste

 

Autrefois on gardait toujours une place à table, une chaise, une soupe, un coin dans l’étable

Aujourd’hui nos paupières et nos portes sont closes

Les autres sont toujours, toujours en overdose

J’ai pas mauvaise conscience, ça m’empêche pas d’dormir

Mais pour tout dire, ça gâche un peu l’goût d’mes plaisirs

C’est pas vraiment ma faute si y en a qui ont faim

Mais ça le deviendrait, si on n’y change rien

 

J’ai pas de solution pour te changer la vie

Mais si je peux t’aider quelques heures, allons-y

Y a bien d’autres misères, trop pour un inventaire

Mais ça se passe ici, ici et aujourd’hui

 

 

tregey 

Vincent Dupuy (Chef de service du CAU Tregey)